Conservatoire de la Résistance
et de la Déportation des Deux-Sèvres  
 

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

                                         26 avril 2020, journée de la Déportation

                                               Une bougie allumée en Souvenir des Victimes et des Héros de la Déportation

En ce 25 avril 2020, veille de la Journée Nationale du Souvenir des Victimes et des Héros de la Déportation, en application des directives nationales pour limiter la propagation du virus COVID19, le format de la Veillée aux Flambeaux au Monument aux Soldats sans Uniforme place des Martyrs de la Résistance à Niort habituel est remis en cause.Ce Monument et celui de Lageon représentent les hauts lieux de la Mémoire de la Déportation dans les Deux-Sèvres pour honorer les 414 hommes, femmes enfants des Deux-Sèvres déportés parmi lesquels 224 résistants et 143 juifs. 

Aussi, les associations UNADIF79, FNDIRP79 et le Conservatoire de la Résistance & de la Déportation des Deux-Sèvres et des régions limitrophes représentant les Déportés des Deux-Sèvres invitent tous ceux qui le voudront à allumer une bougie à leur fenêtre à 21 heures en mémoire de ces martyrs de la déportation et en soutien à leur famille et à leurs proches.
Ces 3 associations vous proposent ce poème de Denyse CLAIROUIN écrit au camp de concentration de répression de Ravensbrïck, extrait du livre Paroles de déportés-Poèmes choisis par Yves Ménager publié par Les Editions de l’Atelier :
L’APPEL
Le ciel est noir, la terre est noire,
Dur est le gel, lourd est le cœur ;
Tristes victimes expiatoires
Nourries de haine et de rancœurs
Nous attendons. L’aube blafarde
Sans cesse creuse nos rangs.
Nul sang ne ranime et ne farde
Ces visages de chiens errants.
Reverrons-nous ces jours qu’en rêve
Nuit et jour nous imaginons ?
Visages aimés, heures brèves,
Un feu, un pain, une maison…
Se souvient-on encore d’elles,
Celles qui paient argent comptant
Pour que la vie soit libre et belle
Et que la France ait un printemps ?
Et si nous revenons un jour
Comme un troupeau de spectres hâves.
Affamées de joie et d’amour,
Serons-nous les tristes épaves
Qu’on enfuit sous un sable lourd ?

Au nom de celles et ceux qui ont sacrifié leur vie pour notre Liberté, nous, les associations de déportés des Deux-Sèvres respectons ce Bel Héritage des valeurs de paix et de liberté et combattons sans relâche les idéologies contraires aux droits de l’homme et du citoyen.

Photo gauche : crédit photo le Courrier de l’Ouest – Le 28/04/2019-Nicole Sibileau de l’UNADIF79, Pierre Ropiquet l'un des tout derniers rescapés des camps du régime concentrationnaire et Christian Le Guet de la FNDIRP79

Photo droite : crédit photo La Nouvelle République – Le 27/a04/2019- Jane Debenest de l’UNADIF79 et Christian Le Guet de la FNDIRP79

En ce 26 avril 2020, Journée Nationale du Souvenir des Victimes et des Héros de la Déportation, et en application des directives nationales pour limiter la propagation du virus COVID19, le format des cérémonies mémorielles habituel est remis en cause. 

75 ans après la libération des camps de concentration, il ne nous est pas possible de nous recueillir tous ensemble aux monuments aux morts pour honorer la mémoire de déportés de nos communes, de nos familles, qui ont combattu pour défendre les valeurs de la République.

 

Pour autant, afin de transmettre la mémoire de la déportation aux jeunes générations et pour nous permettre de réaliser notre devoir de citoyenneté, je vous propose d’assister à la cérémonie virtuelle suivante.

 

Mise en place de l’assistance puis, montée des couleurs pendant que le clairon sonne Au Drapeau.
Lecture du message officiel rédigé conjointement par la Fédération Nationale des Déportés, internés, Résistants et Patriotes (FNDIRP), la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD) et les Associations de mémoire des camps nazis et l’Union Nationale des Associations de Déportés, Internés, de la Résistance et Familles (UNADIF-FNDIR) :
«  Il y a soixante quinze ans, au printemps 1945, plus de 700 000 hommes, femmes et enfants étaient regroupés dans ce qui restait de l’univers concentrationnaire et génocidaire nazi à l’agonie.
La moitié d’entre eux devait encore périr, notamment dans les marches de la mort, avant que les armées alliées, dans leur progression, n’ouvrent enfin les portes des camps sur une insoutenable vision d’horreur.
Les survivants de ce drame du genre humain, par leur esprit de résistance, leur volonté et leur profond attachement à préserver leur dignité, ont surmonté des conditions inhumaines malgré la présence et la menace permanentes de la mort. Le 1er octobre 1946 s’achevait le procès de Nuremberg qui fondait la notion de « crime contre l’humanité » et posait les bases du droit pénal international.
De tout cela, rien ne doit être oublié...
Et pourtant, si les déportés ont su montrer dans les pires circonstances que la résistance face au crime demeurait toujours possible, leur persévérance à témoigner partout et auprès de tous ne suffit pas à faire disparaître la haine, le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme et le rejet des différences.
Combattre sans relâche les idéologies qui affaiblissent notre modèle républicain et prônent le retour à l’obscurantisme et au fanatisme,
Promouvoir la tolérance, Investir dans l’éducation morale et civique des jeunes générations.
C’est le message des déportés, qui veulent faire de la journée nationale du Souvenir des Victimes et des Héros de la Déportation, une journée d’hommage, de recueillement, et plus encore, d’engagement personnel.
La période dramatique de la déportation rappelle en effet cruellement que les êtres humains sont responsables de l’avenir qu’ils préparent à leurs enfants, et qu’ils partagent une même communauté de destin. »

Le Chant des Marais, chant des déportés.
Dépôt de gerbes au monument aux Morts ou stèle.  
« Aux Morts » Les tambours battent, les clairons ou trompettes sonnent Aux Morts.
Minute de Silence.
Les drapeaux s’inclinent au commandement « Aux Morts » et se relèvent à l’issue de la minute de silence.

L’hymne national est entonné. Allons ! Enfants de la Patrie !
 Le jour de gloire est arrivé !
 Contre nous de la tyrannie,
 L'étendard sanglant est levé ! (Bis)
 Entendez-vous dans les campagnes
 Mugir ces féroces soldats ?
 Ils viennent jusque dans vos bras
 Égorger vos fils, vos compagnes Aux armes, citoyens !
 Formez vos bataillons !
 Marchons, marchons !
 Qu'un sang impur...
 Abreuve nos sillons !Remerciements aux porte-drapeaux.
La cérémonie est maintenant terminée, je vous remercie de votre participation.         
  Françoise Basty Présidente du Conservatoire de la Résistance & de la Déportation des Deux-Sèvres et des régions limitrophes