Conservatoire de la Résistance
et de la Déportation des Deux-Sèvres  
 

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

                             Journée de la Déportation  28 avril 2019   Allonne

Dimanche 28 avril 2019, se déroulait à ALLONNE, la cérémonie à la mémoire de Calixte VENDE de NEUVY-BOUIN, d’André GASTEL de SAINT-AUBIN LE CLOUD, de Marcel BERTIN, Maurice GRYS et Pierre MORIN de SECONDIGNY et de François MIGEON d’ALLONNE, morts en déportation.

Ainsi, Gérard VITRE ex-conseiller général de l’ex-canton de Secondigny, Emmanuel ALLARD, maire d’Allonne et Pierre GAUTIER, Président de l’Union Nationale des Combattants d’ALLONNE, invitaient Jean-Marie MORISSET, sénateur des Deux-Sèvres, Françoise BASTY, Présidente du Conservatoire de la Résistance & de la Déportation des Deux-Sèvres et des régions limitrophes, les maires des  communes de cet ex-canton, les porte-drapeaux et  les autorités civiles et militaires à se rassembler à la Mairie d’ALLONNE pour défiler vers l’Eglise Saint Pierre.

Le père Guy METAIS a célébré la messe du Souvenir des Déportés de ces communes en évoquant leur solidarité dans leur descente aux enfers ; il a cité Elie WIESEL et rappelé l’histoire de Maximilien KOLBE, frère franciscain polonais qui, après avoir été arrêté par la Gestapo, a été détenu dans le camp de concentration d'AUCHWITZ, où il s’offrit de mourir à la place d'un père de famille et fut tué par les nazis.

Ensuite, l’assistance a suivi les porte-drapeaux en défilant vers le monument aux morts dans le cimetière. La cérémonie a débuté par le Chant des marais, puis Françoise BASTY, petite-fille de François Migeon a lu le Serment de BUCHENWALD prononcé par les 21 000 déportés rescapés du camp de concentration de répression de BUCHENWALD le 19 avril 1945 sur la place d’appel. Puis les arrière-petites-filles de François Migeon, Laura et Audrey Fleau ont lu le Message rédigé conjointement par la Fédération Nationale des Déportés et Internés et Patriotes (FNDIRP), la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD) et les Association de mémoire des camps nazis, l’Union Nationale des Associations de Déportés, Internés de la Résistance et Familles (UNADIF-FNDIR). Pierre GAUTIER et Gérard MIGEON, petit-fils de François MIGEON, ont procédé à l’appel des 6 morts de ces communes. Les autorités civiles et militaires ont ensuite remercié les 14 porte-drapeaux dont Bernard Audusseau, Président de l’Union Départementale des Anciens Combattants des Deux-Sèvres et à ce jour même, porte-drapeau du Conservatoire de la Résistance & de la Déportation des Deux-Sèvres et des régions limitrophes.

 

Photos 0065-0070-0072-0074-0082

Crédit photographique : Gabriel MAIRE

                                                                       Parthenay

Depuis avril 1954, le dernier dimanche d’avril est consacré à la journée du souvenir des Victimes et Héros de la Déportation. La tragédie des camps de concentration nazis et le courage de ceux qui ont lutté pour la sauvegarde de la dignité humaine doivent rester présents dans les mémoires. A Parthenay, la cérémonie a commencé avec la chanson de Jean Ferrat Nuit et Brouillard : Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers, nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés, qui déchiraient la nuit de leurs ongles battants… Après le lever des couleurs, Daniel Longeard adjoint et correspondant défense à lu le message commun des associations de déportés :

« Sauvegarder cette Mémoire, où la souffrance se mêle à l’espérance, doit faire prendre conscience, avant qu’il ne soit trop tard, de l’indispensable solidarité entre les peuples épris de liberté, pour l’emporter sur toutes les formes d’obscurantisme, de fanatisme, de racisme, d’antisémitisme, de xénophobie… L’Europe dont la vocation est de garantir la paix et la prospérité des pays qui la composent doit être celle de la Mémoire de millions d’êtres humains sacrifiés par une idéologie perverse. »

Puis ce fut le chant des Marais et le dépôt de gerbes  par les personnalités : Karine Hervé pour la mairie, Gilbert Favreau le Conseil Départemental et Magalie Proust représentant la député Delphine Batho. Puis ce fut la minute de silence suivie de l’hymne national.  NR Jean-Claude Giraud