Conservatoire de la Résistance
et de la Déportation des Deux-Sèvres  
 

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

                                       Cérémonie à la mémoire de Jean Cavaillès             14 juillet 2015

Une plaque dédiée à Jean Cavaillès, grand résistant, a été dévoilée par Jérôme Guitton, le préfet des Deux-Sèvres, et Léopold Moreau, le maire de Saint-Maixent-l'Ecole.

Ici naquit le 15 mai 1903 Jean Cavaillès, peut-on lire sur la plaque tout juste dévoilée mardi soir. Elle est apposée au 31 de la rue Anatole-France. « Elle honore un des plus grands hommes de notre ville », a déclaré Léopold Moreau lors des allocutions. « Philosophe, mathématicien, résistant, professeur à la Sorbonne, compagnon de la Libération » est-il aussi inscrit au-dessous du portrait du héros de la Résistance.

 « Une figure de l'impossible », a conclu Jérôme Guitton, le préfet, lors du dévoilement de la plaque en hommage à l'homme fusillé en 1944. C'est également écrit : « Condamné à mort début 1944 par un tribunal du 69e corps d'armée de la Wehrmacht immédiatement exécuté à Arras ».
Ainsi à 40 ans un homme brillant cofondateur du réseau Libération tombait sous les balles allemandes. La date précise de sa mort le 17 février ou le 5 avril 1944 n'est pas déterminée historiquement. Son vécu a été rappelé par le conservateur du musée militaire. Des témoignages de Pierre-Yves Canu, un de ses jeunes élèves et résistant sous ses ordres dans le réseau Cahors, ont impressionné l'assistance. Dans laquelle figurait la députée Delphine Batho, Jacques Moret, le recteur, qui a rappelé également le parcours du normalien agrégé de philosophie, le résistant qui ne voulait pas être asservi.
Présents également les membres du Conservatoire de la Résistance et de la Déportation ainsi que les représentants de la société des Amis de Jean Cavaillès qui ont loué « les exigences humanistes de l'homme ». Ce lieu sera désormais une halte sur le parcours du « Chemin de la Liberté ».

                                                                                                                                             Nouvelle République du 17/08/2015












 La vidéo de l'allocution 

de Pierre-Yves Cornu, ancien

élève et compagnon de résistance de Jean Cavaillès

                                                                                                 Jean Cavaillès

Fils d'officier, Jean Cavaillès est né le 15 mai 1903 à Saint-Maixent dans les Deux-Sèvres. Elève brillant, après des études primaires et secondaires à Mont-de-Marsan et à Bordeaux, il prépare à Paris le concours d'entrée à l'Ecole normale supérieure où il est reçu premier en 1923. Agrégé de philosophie en 1927, licencié de mathématiques. Il fait son service militaire en 1927 comme EOR à Saint-Cyr et est affecté en juin 1928 comme sous-lieutenant au 14e Régiment de Tirailleurs sénégalais. De 1929 à 1935, il est répétiteur rue d'Ulm et prépare sa thèse. Boursier d'études à la Fondation Rockefeller il effectue en 1930, pour sa thèse, un séjour de presque un an en Allemagne suivi, quelques années plus tard, de plusieurs autres voyages qui lui permettent d'observer et de comprendre l'horreur du régime nazi. Professeur au lycée d'Amiens en 1936, docteur ès lettres en 1938, Jean Cavaillès enseigne ensuite en qualité de maître de conférences de Philosophie générale et Logique à la Faculté des Lettres de Strasbourg. Mobilisé en 1939 comme lieutenant d'Infanterie au 43e Régiment d'Infanterie coloniale, il commande une section devant Forbach. Officier du chiffre puis rattaché à l'Etat-major de la 4e Division coloniale, le lieutenant Cavaillès est cité pour sa hardiesse à deux reprises et, fait prisonnier le 11 juin 1940, s'évade de Belgique fin juillet pour rejoindre Clermont-Ferrand où la Faculté de Strasbourg est repliée. A Clermont-Ferrand, il reprend ses cours de maître de conférences et, fin décembre 1940, rencontre Emmanuel d'Astier de la Vigerie, avec lequel il fonde un petit groupe de résistance, "la Dernière Colonne". Il réalise des papillons qu'il colle à Clermont-Ferrand et rédige des tracts. Pour atteindre une plus large audience, il apparaît nécessaire de créer un véritable journal ; ce sera Libération à la rédaction duquel Jean Cavaillès participe activement. Le premier numéro paraît en juillet 1941. A Paris, il adhère rapidement à "Libération-Nord" et fait bientôt partie du Comité directeur du mouvement dans lequel il joue un rôle essentiel. Favorable à l'action militaire, il crée, en avril 1942, à l'instigation de Christian Pineau, chargé par le Bureau central de Renseignements et d'Action (BCRA) de Londres de constituer un réseau de renseignements en Zone Nord, le réseau "Cohors". Pineau contraint de passer en Zone Sud, Cavaillès développe le réseau et fonde des groupes en Belgique et dans le Nord de la France. Arrêté près de Narbonne avec Christian Pineau par la police française en septembre 1942, après l'échec d'une tentative d'embarquement pour Londres, il est interné à Montpellier puis au camp de Saint-Paul d'Eyjeaux d'où il s'évade fin décembre 1942. Naturellement révoqué par Vichy, recherché par la police, il entre dans la clandestinité, recherche les moyens nécessaires pour agrandir son réseau et part pour Londres en février 1943. Il rencontre à plusieurs reprises le général de Gaulle. Chargé de mission, il est de retour en France le 15 avril par une opération Lysander près de Rouen et confie à son adjoint et ancien élève de la rue d'Ulm, Jean Gosset, la direction de l'Action immédiate (AI). A l'été 1943, constatant d'importantes divergences avec ses camarades du mouvement, il démissionne du Comité directeur de "Libération" pour pouvoir se consacrer tout entier à l'Action immédiate. Trahi par un de ses agents de liaison, il est arrêté le 28 août 1943 à Paris ainsi que sa sœur et son beau-frère. Torturé par la Gestapo de la rue des Saussaies, il est incarcéré à Fresnes jusqu'à la fin 1943 puis interné à Compiègne en janvier 1944 en attente d'être déporté. Finalement transféré à Arras, il est condamné à mort par un tribunal militaire allemand et immédiatement fusillé à la Citadelle d'Arras début 1944. Enterré à Arras sous une croix de bois portant la mention "inconnu n°5", son corps a été exhumé en 1946 pour être inhumé dans la Crypte de la Sorbonne, à Paris.          

                                                    Pour en savoir plus sur Cavaillès le soldat et la source de son courage -Cliquez ici

 

                                                                             QUELQUES PHOTOS DE LA CEREMONIE