Conservatoire de la Résistance
et de la Déportation des Deux-Sèvres  
 

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

       28 Avril 2018                     Résistance : valoriser la mémoire

L’assemblée générale du Conservatoire de la Résistance et de la déportation des Deux-Sèvres et des régions limitrophes a eu lieu ces jours derniers à Thouars, au Centre régional Résistance et Liberté (CRRL). Ces deux entités sont proches l’une de l’autre, mais ont chacune leur vocation.
Le conservatoire valorise la mémoire en ce qui concerne les faits de Résistance par la pose de plaques, de stèles et de pupitres commémoratifs, et le CRRL, qui est « le fils du conservatoire », selon l’expression de sa présidente, Geneviève Pichot, fait vivre les actions de la Résistance auprès des différents publics, en particulier en direction des scolaires.
Deux bœufs condamnés pour terrorisme Après la présentation du bilan des activités, les prochains actes ont été évoqués : la pose d’une stèle et d’un pupitre à Secondigny, et le mardi 8 mai, anniversaire de la victoire de 1945, ce sera à Sauzé-Vaussais. En Thouarsais, un temps fort aura lieu le samedi 15 septembre : à Tourtenay, haut lieu de la Résistance, deux pupitres explicatifs seront posés pour rappeler ce qui s’y est passé. « Grâce aux résistants locaux, il a pu y avoir des parachutages d’armes destinés à résister à l’Allemagne nazie. Et pour ensuite transporter les trois tonnes d’armes réceptionnées, il fallait utiliser un attelage de deux bœufs. Le jour où les Allemands ont pris les résistants sur le fait, ils ont été arrêtés. Même les deux bœufs ont été abattus comme terroristes ! », précise Geneviève Pichot.