Conservatoire de la Résistance
et de la Déportation des Deux-Sèvres  
 

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

                                                               LE PROJET

 

                Au printemps 2016, le Centre Régional « Résistance & Liberté », associé à de nombreux partenaires, célébrera le 75e anniversaire de la première liaison clandestine entre Londres et le département des Deux-Sèvres établie par le premier réseau de renseignements de la France libre : le réseau Confrérie Notre-Dame.

 

                L'objectif est de réétablir, 75 ans après, cette même liaison entre Bletchley Park et l'hôpital de Thouars (Deux-Sèvres) dans des conditions identiques, en morse et avec une antenne extérieure.


                              LE RESEAU DE RENSEIGNEMENTS CONFRERIE NOTRE-DAME

 

                Au début de l'été 1940, Gilbert Renault (pseudonyme Raymond, Rémy, Roulier) rejoint Londres et propose au chef des services secrets de la France libre de profiter de ses relations amicales avec le consul de France à Madrid, Jacques Pigeonneau, pour créer une filière de renseignement. Le BCRA (France libre) et l'Intelligence Service (britannique) lui confient la mission de créer un vaste réseau de renseignements s'étendant sur toute la façade atlantique.

 Fin août 1940, Gilbert Renault regagne la France en passant par l'Espagne.

                A l'automne 1940, il crée plusieurs pôles de renseignements dans la région de Bordeaux et en Bretagne en attendant de recevoir les deux premiers postes émetteurs-récepteurs de la France libre envoyés en France : Cyrano et Roméo. Roméo sera acheminé en janvier 1941 et Cyrano à la mi-mars 1941. Détériorés à leur arrivée, l'un et l'autre subiront des réparations avant de pouvoir être opérationnel. Le réseau Confrérie Notre-Dame, à la fin de l'année 1941, dispose de 6 postes émetteurs-récepteurs sur les 12 que compte la France libre.

                Dès le printemps 1941, Thouars est une plaque tournante du réseau de renseignements Confrérie Notre-Dame.


                                         Le premier réseau du BCRA :

  1. Le réseau de renseignements Confrérie Notre-Dame établit la première liaison radio clandestine avec Londres le 17 mars 1941 grâce au poste émetteur-récepteur Roméo placé en zone non occupée.
  2. Cyrano et son technicien radio Bernard Anquetil alias Lhermitte émettent à partir de début mai 1941 depuis Thouars (zone occupée) puis Saumur (zone occupée). Jusqu'à son arrestation à Saumur en juillet 1941, Bernard Anquetil est le principal opérateur radio du réseau de renseignements Confrérie Notre-Dame.

Les liaisons radio clandestines établies par Bernard Anquetil et Cyrano :

Grâce à l’action du consul de France à Madrid, Gilbert Renault introduit en France occupée via l'Espagne l’un des tout premiers postes-émetteurs baptisé Cyrano . Au printemps 1941, après avoir subi les réparations nécessaires à son bon fonctionnement, il est acheminé jusqu'à Thouars avec le technicien radio Bernard Anquetil alias Lhermitte.

A Thouars, un groupe autonome créé par André Chauvenet (chirurgien à l'hôpital de Thouars) et Gabriel Richetta (percepteur à Thouars) a rejoint le réseau de renseignements Confrérie Notre-Dame dès l'hiver 1941. C'est avec cette équipe que Gilbert Renault organise l'acheminement de Cyrano et de son technicien radio. Depuis le château d'Auboué (10 km de Thouars) puis de l'hôpital de Thouars, Bernard Anquetil établit les premières liaisons radios clandestines avec Londres dès le début mai 1941. De précieux renseignements sont transmis à Londres qui permettent aux Alliés de couler le cuirassé Bismarck dans l’Atlantique et d’immobiliser le Scharnhorst en rade de Brest. Face au danger de repérage par le système de goniométrie ennemi, il est déplacé en début d'été 1941 à Saumur (35 km de Thouars) où il poursuit ses émissions. Repéré, il est arrêté fin juillet 1941. Condamné à mort par un tribunal militaire allemand, il est fusillé au Mont Valérien le 24 octobre 1941. Le général de Gaulle l'élève au rang de Compagnon de la Libération. 

L'équipe de Thouars – par l'action d'André Chauvenet – étend sa zone d'actions en Anjou, Touraine et Bordelais pour accroître le recueil de renseignements stratégiques.

Les opérations aériennes en Thouarsais :

D’août à octobre 1941, le groupe thouarsais, sous la coordination d’André Chauvenet et André Colas, organise sur la commune de Tourtenay (10 km de Thouars) sur le terrain homologué « Nick Pernod », la réception de 3 parachutages de matériels de transmission (postes-émetteurs) pour le compte du réseau de renseignement Confrérie Notre-Dame et, en novembre 1941 la réception de l’opérateur radio Robert Delattre, alias « Bob » qui succède à Anquetil.

 Dans la nuit du 26 au 27 mars 1942, l'équipe thouarsaise organise la liaison aérienne clandestine acheminant Gilbert Renault en France et exfiltrant vers Londres André Faure (adjoint de Rémy) et Christian Pineau (un des fondateurs du mouvement de résistance français Libération-Nord). Le Lysander, piloté par Guy Lockard, se pose sans encombre sur le terrain situé à la Motte-Bourbon homologué « Roi de coeur » (20 km de Thouars).

 La répression s'abat sur le groupe thouarsais :

A partir de janvier 1942, la répression s’abat sur le groupe. Arrêté le 21 janvier 1942, André Chauvenet, alias « Douillard » est interné à la prison de Fresnes puis dans les forteresses allemandes  d'Hinzert, Wittlicg, Trêves, Tegel-Berlin, Bautzen, Dresde, Radeberg avant d’être déporté à Buchenwald et rapatrié en avril 1945. André Colas, alias « Nick », arrêté le 21 janvier 1942, interné à Fresnes, est libéré en juin 1942. Gabriel Richetta et Raymond Chessé, arrêtés respectivement le 7 et 11 mars 1942, condamnés à mort et internés à la prison allemande de Karlsruhe puis de Rheinbach, sont exécutés le 2 septembre 1942 à Cologne. Maurice Bonneau, arrêté à la mi-février 1942, périt le 13 juin 1944 à la prison de Sonnenburg. Mis en sommeil sur le territoire thouarsais, le réseau se reconstitue à la fin de l’année 1942 dans le Niortais (Deux-Sèvres) sous le nom de Confrérie Notre-Dame-Castille, autour d’Emile Bêche, élu en 1936 député du Front Populaire des Deux-Sèvres.

                LA RECONSTITUTION DE DEUX EMETTEURS-RECEPTEUR DE TYPE PARASET

 

                Deux émetteurs-récepteurs de type Paraset année 1941 ont été construits. La reconstruction a été longue et rendue difficile : les composants et pièces originales sont rares (lampes, quartz,...). Ces pièces ont été achetées en Norvège, aux USA, au Canada et en Angleterre. Pour certaines pièces comme le VFO (accord antenne) et le châssis, il a été nécessaire de les usiner dans des entreprises spécialisées dans la mécanique de précision et la peinture.


                                                 LES PARTENAIRES


Le Centre Régional « Résistance & Liberté »,Le Conservatoire de la Résistance et de la Déportation des Deux-Sèvres et des régions limitrophes , L'association des radioamateurs des Deux-Sèvres (l'ARADS), Le Radio Society of Great Britain (RSGB), Le réseau des émetteurs français (REF),Les associations patriotiques françaises et anglaises présentes dans les Deux-Sèvres, Le lycée Jean Moulin (Thouars), Le Centre socio-culturel de la Communauté de communes du Thouarsais.



 



                                                    LES EMISSIONS

 

L'objectif est que le public scolaire, le jeune public en vacances et le public adulte, par cette démonstration découvre l'histoire de la France libre, le rôle joué par les Alliés dans la Libération de la France et l'importance du renseignement dans la lutte contre le nazisme et le IIIe Reich.

A cette occasion, le public découvrira : l'importance du codage et du décryptage des messages transmis, les enjeux techniques des liaisons clandestines, la technique du morse.

Les émissions de démonstration se dérouleront dans la semaine du 4 au 8 avril 2016 (la première aura lieu le 7 avril) et celle du 11 au 15 avril. Les premières émissions se dérouleront depuis l'hôpital Anne Desrays. Les suivantes dans les locaux du Centre Régional « Résistance & Liberté ».

Pour que le public participant aux émissions découvre les enjeux des liaisons clandestines entre Londres et la France entre 1940 et 1944, il sera proposé : des visites commentées de l'exposition permanente du Centre Régional « Résistance & Liberté », des visites sur le site de résistance situé à Tourtenay (près de Thouars) où furent parachutés 16 postes émetteurs-récepteurs et le technicien radio Robert Delattre d'août à novembre 1941 pour le réseau de renseignements Confrérie Notre-Dame.