Conservatoire de la Résistance
et de la Déportation des Deux-Sèvres  
 

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

                             Journée de la Résistance   27 mai 2015 à Parthenay



Extraits de la vidéo de la commémoration de Parthenay


Prise de vue   Yes Fournier


montage    Jean-Claude Giraud  

                  Inauguration de la plaque à la maison Beauchet-Filleau


Pendant l’occupation, 300 soldats Allemands stationnent à Parthenay, (7.367 ha en 1943) ils occupent principalement le caserne Allard, l’école normale, une partie de l’école des filles. Un tribunal de justice est installé à l’Hôtel du Nord, un foyer des soldats est Installé rue Denfert-Rochereau actuellement Cinéma le Foyer, une maison de tolérance pour les soldats allemands est installée rue du Sépulcre. A l’arrivée des Allemands, la Kreis kommandantur 651 s’installe au Grand Hôtel puis le 14 octobre 1940, à  la maison Beauchet-Filleau au 38 Ave Wilson est réquisitionnée, 10 pièces sont occupées par les services du capitaine Hermann et plus tard par le Cdt Abbeg. Le vieux capitaine (qui ne décède que le 7 mai 1941) et sa femme sont encore présents. A partir du 3 septembre 1941, la Kommandantur occupe trois nouvelles pièces au rez-de-chaussée. A partir du 15 novembre, tout l’immeuble et ses dépendances sont réquisitionnés et la veuve Beauchet-Filleau déménage chez sa fille à Niort. La maison abrite surtout les services de la Feldgendarmerie (une dizaine d’hommes commandés par le lieutenant August Elep, un nazi convaincu).

                                  Stlèle de la Résistance au Jardin Public

Dans la nuit du 19 au 20 juin 1943, une équipe constituée d’une dizaine de personnes, sous la responsabilité d’Eugène Brisset réceptionne au Mélier de Lageon deux tonnes d’armes parachutées par la R.A.F. Ce parachutage annonce pour les résistants du réseau O.C.M. le début d’opérations aériennes visant à armer la résistance intérieure. Mais suite à des arrestations dans le Bordelais mais aussi des indiscrétions et des dénonciations, les policiers Allemands du SIPO-SD poursuivent leurs investigations dans le Nord Deux-Sèvres.

 Parthenay, jeudi 5 août 1943, 6h 30 du matin, plusieurs tractions descendent lentement la rue Marcellin-Berthelot à Parthenay. Elles s’arrêtent  au n°35, devant le domicile d’Eugène Brisset, dix hommes et une femme de la SD  accompagnés de gendarmes allemands en descendent.  Très vite la maison est cernée, les rues avoisinantes bloquées. Eugène Brisset est arrêté ainsi que sa fille Simone et deux hommes : Marius Mallet, cultivateur à Bouillé-Saint-Varent âgé de 21 ans  et René  Taupin policier auxiliaire qui sont hébergés chez lui. Profitant d’un court instant où elle est laissée seule, Simone Brisset essaiera de faire disparaitre des parachutes en les jetant par la fenêtre, mais en vain.  Tous sont emmenés à Poitiers à la prison de la Pierre levée. Au domicile de Brisset, les policiers allemands trouveront un mousqueton et des parachutes. A ces premières arrestations, d’autres succéderont les 9 et 10 août. (35 au total dans la région dont Samuel Jaud de Parthenay) Tout le réseau O.C.M. « Centurie ») est décapité. Le 6 octobre, nouvelle vague d’arrestations, 17 au total. 52 résistants de la région seront déportés dans les camps et 24 ne reviendront pas.

                                                               QUELQUES PHOTOS DE LA CEREMONIE